15 avril 2010 ~ 0 Commentaire

Daniel Hermann : « A Marseille, le système de gouvernement, c’est celui des poupées russes ! »

Les musées, les festivals, la gouvernance… L’adjoint au maire délégué « à l’action culturelle, aux musées, aux bibliothèques, au Muséum » répond à nos questions. Sans langue de bois.

Publié par Sandro Piscopo-Reguieg le 15 avril 2010
Daniel Hermann : « A Marseille, le système de gouvernement, c’est celui des poupées russes ! »

Depuis peu, Marseille redécouvre ses musées ?

Jusqu’à maintenant, nous avions un peu laissé de côté les musées et leur patrimoine, notamment le musée d’Histoire. Marseille est une ville de 2600 ans d’Histoire mais elle la montre mal ! 14 millions d’euros seront investis pour l’agrandissement de ce musée.

 

Quelles sont les autres priorités de votre politique muséale ?

Après sa restauration, le Château Borély deviendra musée des Arts décoratifs et de la Mode. Il accueillera notamment les collections du musée de la Faïence. Pourquoi ne pas faire du Château Pastré (actuellement musée de la Faïence, ndlr)  une « Villa Médicis » à la Marseillaise ? N’oublions pas aussi la réouverture des grandes salles du Musée des Beaux-arts au Palais Longchamp. Tout cela devra être prêt pour 2013. Enfin, quand on ouvre le Silo, pour moi on fait aussi du patrimoine !

 

Comment organisez-vous votre action ?

Je crois qu’il faut valoriser deux axes qui sautent aux yeux si on prend un plan de Marseille : L’un partirait du Mucem et du Centre Régional de la Méditerranée (CRM) pour traverser le Frac, la Vieille Charité, le Silo, la Station Alexandre, la Cité des Arts de la Rue et la Fondation Monticelli. Car le centre de gravité de la ville, au niveau culturel se déplace en direction d’Euromed… Le second, en partant là aussi du Mucem, rejoindrait la Friche Belle de Mai en passant cette fois par le musée des Docks Romains, le musée d’Histoire, le mémorial de la Marseillaise, le musée Cantini et le Palais Longchamp, sans oublier le musée Grobet –Labadié.

 

Vous oubliez le Musée d’art contemporain…

J’estime que le Mac devrait aller à la Friche. Dans la perspective des deux axes que je viens de citer, un Mac à la Friche, c’est plus logique. Car c’est un lieu de création ! Mais aujourd’hui, ce n’est pas d’actualité… M. Tian (maire du huitième arrondissement, ndlr) s’y oppose. Alors que ce musée excentré n’est pas vraiment l’un des plus visités de la ville…

 

Marseille mise sur la culture pour son développement économique ?

En dehors de sa spécificité, la culture est en effet un facteur de développement économique. Prenez l’expo Van Gogh – Monticelli : c’est 180 000 visiteurs pour Marseille ! Je vous assure que les restaurateurs du Panier sont contents, là-bas, ils me disent « faites nous encore des expos ! ». La culture, c’est aussi un facteur social qui génère des emplois et enfin un facteur d’apaisement pour notre ville, car elle facilite l’éducation et l’intégration. Il suffit pour cela de voir ce qu’a fait le Festival de Marseille avec les jeunes du Merlan…

 

Certains estiment que votre action est parfois court-circuitée par des décisions émanant d’autres autorités à la Ville…

Parlons-en. Le court-circuit ne vient pas d’une volonté, il est naturel. Car à Marseille, le système de gouvernement, c’est celui des poupées russes ! Elles ne s’emboitent pas toujours de façon homogène, ce qui induit une mauvaise communication entre les différents décideurs. Alors parfois, les décisions sont prises sans concertation. Quand on empile ces poupées russes, on a un système qui pose le court-circuit. C’est un système propre à Marseille. A ce titre l’exemple de Marsatac est criant. Ce fut aussi le cas pour Marseille-Provence 2013, mais aujourd’hui la situation s’est clarifiée…

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Cietableronde |
Leblogdesvampires |
Limaginairedecharlotte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Après l'histoire ...
| Lesyndromeabascule
| Association culturelle Truc...